Bienvenue sur le site de "Ceux qui veulent le Pays pour tous"
Accueil du siteDerniers articles
dimanche 13 avril 2014
Qui vit ici est d’ici : La vie des gens ne doit pas être sous condition !
  • La carte de séjour d’un an c’est pour dire aux gens concernés : « ta vie est sous condition », « ta vie, c’est la précarité », « tu n’es pas vraiment d’ici ».
  • La carte d’un an, c’est comme une carte d’intérimaire du pays.
  • La carte d’un an fonctionne aussi pour dire à tout le monde (quelque soit la nationalité, qu’on ait une carte d’identité française, ou une carte de 10 ans...) qu’il est normal que les droits soient à géométrie variable, « à la tête du client », que les gouvernements peuvent en décider sans avoir de compte à rendre à quiconque, sans tenir compte de la vie réelle des gens, sans être tenus par aucun principe d’égalité.

C’est pour ça que nous disons que la carte d’un an doit se transformer en carte de 10 ans dès la 2°année, et cela pour tous ceux qui sont ici, pour tous ceux qui font leur vie ici !

Cette question regarde tout le monde car c’est la question des droits qui est posée : accepte-t-on ou non un traitement différent des droits ? est-il normal et est-ce une bonne chose que les droits deviennent de plus en plus réduits et précarisés ? Que la précarisation soit officialisée dans la loi ?

Il faut décider si on accepte des traitements différenciés ou si on impose un principe qui prenne en compte la vie de tous et qui respecte chaque habitant. Le droit des gens doit découler de principes et non être l’application de lois sans principes. Les principes à faire vivre et à imposer sont à chercher autour des points suivants :

  • Pas de droits différenciés en fonction de l’origine, de la nationalité ;
  • Toute personne qui vit dans le pays, qui s’y installe, qui y fait sa vie est une personne à part entière du pays ;
  • Le pays, ce qu’il est, ce qu’il devient, ce sont les gens qui l’habitent, qui y travaillent, qui y élèvent leurs enfants, qui le font. Ce n’est pas le gouvernement et ses discours. Il faut respecter les habitants et non les humilier et les rabaisser.

Nous sommes déjà intervenus pour que les droits ne soient pas interrompus lors du renouvellement des cartes (CAF, pôle emploi...) comme c’est trop souvent le cas. Nous avons décidé de poursuivre ce travail en l’élargissant à la logique même de la carte temporaire.

Nous venons avec ce papier pour en discuter avec vous, voir ce que chacun pense de ces questions et ce que chacun est prêt à faire pour changer la situation.

« Ceux qui veulent le pays pour tous »

PDF - 56.2 ko
 
Articles les plus récents
dimanche 13 avril 2014
NOUS NE SOMMES PAS DE LA POUSSIÈRE QUE L’ON DÉPLACE !
TOUS LES QUARTIERS POPULAIRES SONT CONCERNÉS : ARRÊT DES DESTRUCTIONS !
NOUS NE SOMMES PAS DE LA POUSSIÈRE QUE L’ON DÉPLACE !
NOUS AVONS DÉCIDÉ DE NE PAS NOUS LAISSER DÉLOGER DE NOS HABITATIONS ET DÉPLACER DE NOTRE QUARTIER, DE LA VILLE ! A NOUS DE DÉCIDER OÙ NOUS VOULONS VIVRE ET HABITER !
TOUS LES QUARTIERS POPULAIRES SONT CONCERNÉS : ARRÊT DES DESTRUCTIONS ! MORATOIRE SUR LES DESTRUCTIONS PRÉVUES !
PAS DE DUP POUR L’IMMEUBLE MESSAGER À LA REYNERIE ! (DUP : « Déclaration d’Utilité Publique », mesure juridique qui donne tous les pouvoirs à la Mairie et aux promoteurs)
De quoi le projet de destruction de Messager (Reynerie) est le signe ?
1) Tout d’abord d’une (...)

lire la suite de l'article
jeudi 27 mars 2014
La Mairie veut lancer une DUP (Déclaration d’Utilité Publique) pour continuer à raser des logements dans le quartier (Messager) Elle doit revenir sur sa décision et écouter les habitants !
Nous faisons connaitre un texte d’habitants du quartier Reynerie (Mirail) à Toulouse qui ne veulent pas que des logements en très bon état soient rasés. Ils s’agit de locataires d’HLM ou de propriétaires, à qui la Mairie (celle du PS ou celle d’avant, de l’UMP) promet un délogement imposé. Ces destructions se font au nom du GPV (grand projet de ville) qui a pour but de restructurer la ville : en fait éloigner les plus modestes, rentabiliser les sociétés HLM, faire la part belle aux promoteurs. Des affirmations commencent à sortir du côté des gens concernés, dont l’une est de dire « nous ne sommes pas de (...)

lire la suite de l'article
mardi 25 mars 2014
CAPACITE POLITIQUE DES GENS ET DISTANCE A L’ETAT : UN POSSIBLE A L’OEUVRE.
Rencontre le jeudi 10 Avril, 18h30
Dans le cadre des « Rencontres pour penser l’aujourd’hui », nous proposons que la Rencontre du 10 Avril se tienne sur le thème suivant : « Capacité politique des gens et distance à l’Etat : un possible à l’oeuvre »
Nous présenterons, à partir de notre expérience, et de là de là où nous en sommes de notre reflexion politique, ce qui à nos yeux peut permettre une puissance effective des gens à distance de l’Etat. Nous ferons le point, et débattrons ensemble, de ce qui peut devenir une proposition politique plus générale.
A l’issue de plusieurs années de pratique, d’expériences, de réflexions sur la politique, (...)

lire la suite de l'article
dimanche 16 mars 2014
LES GENS N’ONT PAS À ÊTRE PÉNALISÉS LORS D’UN RENOUVELLEMENT DE TITRE DE SÉJOUR COMME C’EST LE CAS ACTUELLEMENT ! LES DROITS NE DOIVENT PAS ÊTRE INTERROMPUS : LA DEMANDE DE RENOUVELLEMENT DOIT SUFFIRE À LES MAINTENIR.
RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE LE VENDREDI 4 AVRIL, 17H
1) Lors d’un renouvellement de titre de séjour, les demandeurs se retrouvent massivement en « suspens » de droits, et sont mis dans des difficultés que rien ne justifie : Versements des retraites suspendus ; CDI remis en cause par l’entreprise ; Contrats de travail en intérim rompus et paies suspendues ; Radiation de Pôle Emploi, perte des droits ouverts par le travail et les cotisations salariales ; Exclusion des organismes sociaux comme la CAF par exemple et perte de prestations pour les familles entraînant des difficultés pour les actes de la vie quotidienne (se loger, se nourrir, s’habiller, (...)

lire la suite de l'article
mercredi 19 février 2014
Réunion pour préparer ensemble un rassemblement devant la Préfecture
Vendredi 7 mars, 18h
Nous invitons à une réunion dont l’enjeu est de préparer, avec ceux qui le veulent, un rassemblement devant la Préfecture.
Comme vous le savez peut-être, nous travaillons depuis quelques temps sur la question du renouvellement des cartes de séjour (un an ou 10 ans), et sur le fait que les gens concernés voient à chaque renouvellement leurs droits suspendus : droit au travail, allocations diverses (CAF, Pole emploi, retraites…), et les dossiers en cours dans les administrations (formation, pole emploi…) remis à zéro.
Cela nous a amené à rédiger une Lettre Ouverte au Préfet, lettre laissée pour (...)

lire la suite de l'article