Bienvenue sur le site de "Ceux qui veulent le Pays pour tous"
Accueil du siteDerniers articles
lundi 29 août 2016
APPEL A S’ENGAGER POUR UNE POLITIQUE DE PAIX
RENCONTRE LE VENDREDI 14 OCTOBRE, 18h

1) La campagne électorale qui s’ouvre promet d’être la plus abjecte, la plus violente, la plus dangereuse de ces dernières années car elle est déjà porteuse d’encore plus de tensions et de propos guerriers que les précédentes, qui étaient déjà bien basses, méprisantes et violentes à l’encontre de nombreuses personnes du pays. Les propos proférés par tous les prétendants au poste de président et par leurs lieutenants, ne sont pas de simples mots ou de banales phrases démagogiques, ce sont de véritables propositions politiques de séparation des gens, de stigmatisation, de tensions permanentes. Toutes les questions deviennent affaire de police et de guerre, sont traitées dans la suspicion et la recherche de coupables, d’ennemis, et cela de manière de plus en plus brutale. Quiconque s’interroge ou refuse d’aborder les situations sous l’angle officiel des « valeurs de la république » qui ne sont en fait que les valeurs de l’Etat actuel ( et qui font consensus de tout le champ parlementaire de Mélenchon à Le Pen), devient ennemi national et suspect des pires abominations.

Les élections de 2017 se préparent sous le signe d’un acharnement général du gouvernement et des partis pour que tout soit pensé à partir des tensions, pour la guerre entre les gens et contre des gens. Il s’agit d’organiser l’acceptation généralisée de la guerre sans fin comme seule possibilité pour le pays, et cela à l’extérieur comme à l’intérieur

2) Il est pourtant possible de faire face , de ne pas laisser tout l’espace aux propos criminels et violents qui se dégagent dès maintenant contre des pans entiers de la population de France, de passer de l’impuissance à une certaine puissance, comprise comme capacité à faire. Il s’agit à minima de contenir ces propos, et si possible, de les faire reculer : c’est le sens de cet Appel.

Y faire face demande dans la période qui s’ouvre de ne pas participer aux élections : il ne s’agit pas simplement de ne pas voter, ce qui n’a jamais ouvert à une puissance et une capacité des gens, mais de mettre en œuvre dès maintenant un travail qui porte dans la réalité des situations que nous vivons, ou que nous décidons de rencontrer, les questions centrales d’aujourd’hui :

  • la question du droit des gens, des droits pour tous,
  • la question du respect de chacun, de sa vie,
  • la possibilité de l’entente entre des gens différents, c’est ce qui permet à un pays d’exister pour les gens eux-mêmes, pour la population qui fait ce pays, pour que les choses progressent pour tout le monde.
  • l’urgence de se prononcer, de manière visible, contre les interventions françaises à l’étranger, interventions qui ne font qu’aggraver le chaos, les tensions, la misère (voir la Libye et les bombardements actuels en Irak et Syrie) tout en refusant d’en assumer les conséquences pour les habitants des pays détruits, en particulier les réfugiés.

Les élections organisent l’impuissance et l’acceptation des pires politiques étatiques !

Ouvrir à une politique de paix et d’entente entre les gens, c’est trouver le chemin d’une puissance des gens, à distance de l’état et de ses propositions guerrières !

3) Se lancer dans ce travail c’est aussi s’ouvrir la possibilité de ne pas se retrouver en fin de campagne électorale coincé à choisir entre « Hollande le modéré » (ou un de son parti) « Sarkozy le brutal » (ou un de son parti) et « Le Pen, la liberticide ». Quand on voit la modération de Hollande, il y a de quoi s’inquiéter : il n’y a jamais eu autant de guerres à l’extérieur, autant de refus d’accueillir les réfugiés qui fuient ces guerres et la misère qu’elles créent ; autant de lois en France qui enlèvent autant de droits aux gens ! Tous ces candidats ont en commun la même politique de tensions et de guerres, la même volonté de séparer la population à partir de critères raciaux, religieux, d’origines, de lieux d’habitations... en bref, tout ce qui peut permettre de cibler tel ou tel groupe d’habitants, afin de mieux asservir l’ensemble de la population aux décisions de l’Etat, du gouvernement quel qu’il soit.

4) Suite aux meurtres de masse en France, la propagande engagée vise à faire accepter la notion de guerre intérieure comme nécessaire et juste . Les guerres extérieures, avec leur lot de désolation et dévastation n’étant pas aujourd’hui contestées ouvertement, et même parfois soutenues par de nombreuses personnes, il s’agit pour l’état de généraliser, à l’intérieur, cette politique. C’est le sens des dernières déclarations de Hollande et Valls. Il ne s’agit pas là d’un appel à la guerre civile où des combats de rue se déploient, mettant en action des factions de la population les unes contre les autres, mais de la légitimité pour l’état, du droit pour le gouvernement en poste, de cibler telle ou telle partie de la population, et de la désigner comme ennemie intérieure   ; les pires lois étant alors adoptées et s’auto-justifiant, des pouvoirs extravagants étant donnés à la police et à la gendarmerie sous couvert administratif.

5) Aujourd’hui, les élections ne nous parlent que de l’Etat, les partis ne nous parlent que d’eux-mêmes et de leur volonté de guerre. Notre proposition c’est de parler et de prendre position pour le Pays France, c’est à dire pour les gens qui le font, qui l’habitent, qui lui donnent une âme. C’est bien autre chose que la politique centrée autour des sinistres intérêts d’Etat et de puissants.

Nous appelons tous ceux qui veulent y travailler à se rassembler, se rencontrer, échanger et agir dans ce sens.

RENCONTRE LE VENDREDI 14 OCTOBRE, 18h

dans les locaux de TO7, 4 bis cheminement Cambert - Métro Reynerie

PDF - 101.5 ko
 
Articles les plus récents
dimanche 29 mai 2016
PENSER ET AGIR POUR LE DROIT DES GENS EST POSSIBLE :
Rencontre le Vendredi 17 Juin, 17h30
Nous vous invitons à une rencontre autour de prises de positions et de propositions qui seront faites par plusieurs personnes sur cette question.
1°) La loi El Khomri est une une pièce importante, et néfaste, d’un processus engagé depuis plusieurs années pour détruire toute idée positive du droit des gens. Gouvernement après gouvernement, loi après loi, attaque après attaque, l’Etat veut faire de tout ce qui concerne les droits pour tous une coquille vide. C’est un processus qui met en tension, qui cherche à diviser, à catégoriser et à « mettre en cases » les habitants du pays. C’est une politique où (...)

lire la suite de l'article
lundi 16 mai 2016
NOUS, nous n’abandonnons pas les enfants !
Réunion VENDREDI 20 MAI, 17H 30
Nous relayons l’appel à une réunion publique de l’association « L’école pour tous » du collège Raymond Badiou (Reynerie) et de « l’Assemblée Parents-Enseignants-Habitants ».
1. Il FAUT CONSERVER CE QUI MARCHE, les enfants ne sont pas des cobayes !
Depuis le temps on voit bien que certains dispositifs sont vraiment efficaces, qu’ils aident réellement les enfants à s’en sortir à l’école : c’était le cas du dispositif RASED à l’école primaire, et c’est aussi le cas de la SEGPA au collège, où les élèves en difficulté ont des conditions d’apprentissage adaptées à leurs besoins, en petit groupe, dans un environnement (...)

lire la suite de l'article
lundi 28 mars 2016
RENCONTRE LE JEUDI 14 Avril : En refusant la loi El Khomri, de quoi parle-t-on ? Du droit des gens, de tous les gens du pays ? ou d’autre chose ?
1) Tout d’abord, il est évident que la fameuse « réforme du droit du travail » est injuste et méprisante pour les gens qui passent leur vie à travailler, souvent durement. Elle ne vise qu’à précariser et à mettre les ouvriers et les employés dans la main des patrons et des petits chefs. Cette loi organise et justifie l’abandon de droits importants et la casse des conditions de travail nécessaires à une vie correcte.
2) On ne peut pas parler des droits aujourd’hui sans préciser si c’est des droits pour tous les habitants dont on parle, ou non. La question du droit des gens est une question (...)

lire la suite de l'article
jeudi 25 février 2016
Face à l’Etat en guerre, Etre capables d’une politique de paix
Rencontre le Jeudi 10 Mars, 18h30
1- Alors, nous y sommes ? Il n’y aurait plus de politique de paix possible dans la séquence historique actuelle ?
A écouter Hollande et Valls, ce serait le cas : la seule politique possible serait celle de la guerre, guerre sans fin telle qu’annoncée par Valls à la jeunesse (« préparez vous à vivre longtemps avec cette situation »). Ce qu’ils nous disent, c’est que du point de l’Etat, il est hors de question de s’interroger sur la pertinence ou non des guerres dans lesquelles la France a été ou est engagée (Syrie, Irak, Lybie, Afrique...). Pour eux, il faut au contraire continuer dans cette voie (...)

lire la suite de l'article
vendredi 12 février 2016
"Ici, Ensemble" N°29, Hiver 2016
Au Sommaire :
◆ Editorial : "Face à l’Etat en guerre, être capables d’une politique de paix" ;
◆ "aujourd’hui l’Etat ne nous compte plus, alors comment exister ?" ;
◆ "Musulmans c’est une religion, ce n’est pas une politique" ;
◆ "Qu’est-ce que la guerre aujourd’hui ? et de la nécessité d’une politique de paix" ;
◆ “Les ouvriers, la police, la paix ;
◆ “Non, les ouvriers qui travaillent avec moi ne sont pas mes ennemis...” ;
◆ “Pour répondre à la guerre, pensons la paix et parlons”
Pour le lire, le (...)

lire la suite de l'article