Bienvenue sur le site de "Ceux qui veulent le Pays pour tous"
Accueil du siteDerniers articles
lundi 8 décembre 2014
CONTRE LA DEMOLITION RASSEMBLEMENT LE SAMEDI 20 DECEMBRE A 10H30 Place du Capitole
LETTRE OUVERTE A MONSIEUR MOUDENC, MAIRE DE TOULOUSE

Nous sommes un groupe d’habitants de la Reynerie, tous différents, locataires, propriétaires, de différents immeubles...

Nous nous sommes regroupés en un collectif sous le nom « Nous ne sommes pas de la poussière ».

La raison de notre rassemblement est la lutte contre ces démolitions intempestives et ces gaspillages insensés alors que nous sommes en pleine crise ou en pleine mutation.

Dans votre journal d’information intitulé « GPV INFO QUARTIER », de novembre 2014, vous dites que le Grand Projet de Ville est une de vos priorités et que vous souhaitez le prendre en charge personnellement sans le confier à un Adjoint.

Nous sommes là, devant vous, aujourd’hui.

Nous affirmons d’autres valeurs, d’autres solutions que ces destructions massives qui dépouillent les gens de leur histoire, de leur vie, de leurs biens. C’est grave.

A travers de multiples témoignages il a été mis en évidence :

- la pression voire l’agression ressentie ; certains parlent même de harcèlement et d’abus de faiblesse (passages répétés d’employés des Châlets dans ce sens) ; les gens sont affolés, pensent qu’ils n’ont que 3 choix et qu’ils doivent « dégager » ; parmi eux, des adultes handicapés, des familles avec enfants handicapés, des personnes âgées ébranlées physiquement et moralement. Ces personnes avaient un budget réservé à la location ; du fait de leur départ, ce budget est à la hausse au détriment d’autres denrées de première nécessité.

- le rôle de l’organisme HLM qui n’est plus un bailleur social mais s’est transformé en une sorte d’agence spécialisée dans les opérations immobilières.

- le prix dérisoire de rachat des appartements des propriétaires (entre 800 et 1000 €/m²), ce qui ne leur permet pas de racheter un autre bien sauf à se mettre un crédit supplémentaire sur le dos ou à redevenir locataire. Cela ressemble à de la vente forcée déguisée. Leur objectif initial était d’être « tranquille » à la retraite et pour leurs vieux jours. A quoi bon être prévoyant ?

- la volonté affichée de la Mairie, de la Préfecture, du conseil Général, des HLM de « vouloir changer de population ». Pourquoi ? Les revenus ne sont pas assez élevés pour ce que pourrait rapporter le foncier du Mirail ? Les gens modestes n’auraient plus leur place dans un quartier qui fait maintenant partie de la ville ?

- les gâchis et les gaspillages intolérables de bâtiments sains, solides comme des rocs, de beaux et vastes appartements, inégalables d’un point de vue du confort, au nom d’une mode aussi fugitive que le temps qui passe. Monsieur CANDILIS doit se retourner dans sa tombe.

- enfin, dans cette course à l’économie mondialisée où l’argent est devenu un moyen de pouvoir et de domination plutôt qu’un moyen d’échanges de richesses, où l’ homme est plus au service de cette économie que le contraire, à l’heure où l’équilibre de notre vieille planète est en danger, nous dénonçons l’impact environnemental de toutes ces démolitions et reconstructions en matière de bilan carbone et de limitations de gaz à effets de serre.

Pour toutes ces raisons, nous disons haut et fort : « Les démolitions ça suffit » Le quartier est maintenant désenclavé, bien aéré. Vous avez rénové les immeubles Satie, Auriacombe,Varèse, Poulenc. Il doit en être de même pour l’immeuble Messager. Nous voulons entamer une réflexion, nous voulons un débat sur la métamorphose de ces quartiers car enfin, ce sont les habitants qui sont concernés au premier chef. Nous vous demandons d’arrêter la procédure en cours en ordonnant un moratoire et d’engager un débat public avec les habitants. Vous vous devez d’entendre un autre point de vue que le vôtre, de le respecter, et d’entamer un débat de fond avec les gens concernés. Vous verrez que nous avons notre idée sur cette affaire, et comme nous le disons souvent : « partir ou rester, c’est aux habitants du quartier de le décider ».

Veuillez agréer, Monsieur le Maire de Toulouse, nos sincères salutations.

Copie à la Presse Copie à Monsieur le Préfet Mail : nousnesommespasdelapoussière@gmail.com

Tél : 06 13 06 94 62 – 06 43 75 72 15

PDF - 111.4 ko
 
Articles les plus récents
dimanche 9 novembre 2014
Pays pour tous ou politique identitaire ?
RENCONTRE LE JEUDI 27 NOVEMBRE, à 18h30
Pays pour tous ou politique identitaire ? Quel Pays voulons-nous ?
Se prononcer là-dessus est devenu essentiel. Pourquoi ?
Nous avançons la thèse suivante : si nous ne savons pas développer une véritable puissance des gens autour du principe que le pays doit être pour tous ceux qui y vivent, et que toute personne doit être reconnue et respectée, alors des politiques de tensions, pouvant aller jusqu’à des tentatives de guerres civiles, vont se développer et structurer de nombreux habitants du pays. C’est ce que certains tentent déjà de mettre en place autour de politiques de séparation des (...)

lire la suite de l'article
dimanche 28 septembre 2014
LES DEMOLITIONS, ÇA SUFFIT ! Partir ou rester : à nous de décider !
LES DEMOLITIONS, ÇA SUFFIT ! STOP !!! au mépris et à la violence de la Mairie contre les habitants de Reynerie ! Tout le monde a bien compris que c’est pour nous faire partir du quartier ! Partir ou rester : à nous de décider !
Au début des démolitions, des gens de la Mairie et des HLM ont dit : « si on détruit, c’est pour le bien des habitants, pour que la vie soit meilleure ». Maintenant, avec toutes les destructions qu’il y a eues (Satie, Glück, Varèse, Poulenc) on voit bien que c’est fait pour faire partir une grande partie de la population existante.
Pour faire partir les gens, il n’y a pas que (...)

lire la suite de l'article
vendredi 19 septembre 2014
GAZA : LES GENS, LE BLOCUS, LE GHETTO.
Comment peut-on agir face à la politique de guerres généralisées ? RENCONTRE LE JEUDI 9 OCTOBRE, à 18h30
Un « cessez-le-feu illimité » a été signé entre Israël et le Hamas. Le terme lui-même dit la précarité de l’accord. Quand on sait qu’en 2008, 2012, 2014 Israël a lancé des opérations de guerre dans la bande de Gaza, faisant à chaque fois de nombreuses victimes civiles, on se demande déjà quand les hostilités vont reprendre.
Un cessez-le-feu ce n’est pas un accord de paix : il ne reconnaît ni le droit à vivre en paix, ni la liberté de déplacement pour la population de Gaza.
1) Gaza, ce sont des gens enfermés, sans possibilité de repli, soumis à un blocus terrible : voir les check-points, les interdictions de (...)

lire la suite de l'article
jeudi 26 juin 2014
"Ici, Ensemble" N°27, ETE 2014
Au sommaire :
◆Editorial : "Pour des groupes de travail qui se lient et enquêtent auprès des gens menacés de délogement et de déplacement forcé "
◆ "Démolir les bâtiments, c’est démolir aussi les gens ! 
Notre travail pour la rénovation, contre la démolition, participe de l’intérêt général "
◆ "Lettre Ouverte d’habitants à la Société HLM"
◆ "Capacité politique des gens et distance à l’Etat : un possible à l’oeuvre"

lire la suite de l'article
dimanche 1er juin 2014
Propositions de groupes de travail pour se lier et enquêter auprès des gens menacés de délogement et de déplacement forcé.
Rencontre le jeudi 19 Juin, 18h30
Nous proposons cette Rencontre à tous ceux qui s’interrogent, tâtonnent, cherchent dans le sens d’un « Qu’est-il possible aujourd’hui de faire, qu’est-ce que je peux faire, du point de ce qui arrive aux gens et non du point de l’Etat et de ses injonctions ? Quelle capacité, singulière et collective, mettre en œuvre pour transformer la situation du point d’un « pour tous » ? ».
« Comment se mettre au travail dans cette perspective ? » Voilà le thème de la prochaine rencontre à laquelle nous vous invitons.
1) Quel travail ?
Notre proposition est de constituer, sur des bases définies ensemble, des groupes de (...)

lire la suite de l'article