Bienvenue sur le site de "Ceux qui veulent le Pays pour tous"
Accueil du siteDerniers articles
dimanche 31 janvier 2016
LES OUVRIERS, LA POLICE, LA PAIX.

Ce texte vient après des discussions qui ont eu lieu entre des ouvriers qui travaillent sur des chantiers, mais ce qu’elles révèlent et ce qu’elles pointent concernent tout le monde, c’est pour cela que nous le faisons connaitre. Les discussions dont nous parlons ont été suscitées par un ouvrier en réponse à l’exaspération qu’ont formulée des dizaines d’autres au sujet des contrôles de police qu’ils subissent ou dont ils sont les témoins. En effet, avec l’état d’urgence, et le fait que le gouvernement dise « on est en guerre », police et gendarmerie se mettent de plus en plus souvent à certains rond-points routiers dès 6 h du matin et arrêtent les fourgons et camionnettes de chantier : ils vérifient les identités, les papiers, les contrats des ouvriers qui partent au travail... C’est devenue une habitude, c’est présenté comme normal et nécessaire. Beaucoup de ces ouvriers disent entre eux : « on n’est pas des assassins, on n’est pas en guerre, on cherche pas d’histoires : on va au travail pour gagner notre vie, c’est tout ! Qu’on nous laisse tranquilles ! ».

Les discussions ont alors porté sur la nécessité de se réunir, de se rencontrer pour travailler à ce que les rapports entre les gens dans le pays soient pacifiés et que certaines personnes ne soient pas montrées du doigt, tracassées ou persécutées pour leur origine, leur religion, leur lieu d’habitation, leur travail etc... A cette proposition, la réponse immédiate a été : « c’est l’Etat qui décide et il n’écoute rien » et aussi : « de tout façon, l’Etat fait sans nous, il ne prend en compte rien de ce que nous vivons ».

Raisonner ainsi amène à ne rien faire, et c’est comme si on était dans une prison : on tourne en rond, on rumine, on subit, on va au travail en étant surveillés et contrôlés par la police... et on continue à tourner en rond et à s’énerver contre l’humiliation que ça fait vivre.

  • C’est vrai que c’est l’Etat qui décide de mettre la police aux ronds-points, et ainsi désigne les ouvriers comme des dangers et des ennemis possibles ( peut-être parce que beaucoup sur les chantiers sont « basanés » ? ). Voilà ce que décide l’Etat, et sa décision n’est pas bonne. Mais nous qu’est-ce qu’on peut décider ? Où est la nôtre, de décision ? Il y a des choses qui peuvent très bien se faire, qui sont possibles : par exemple ce texte que vous lisez, que nous avons fait pour dire à tous ce qu’on pense de ces contrôles injustifiés. On peut très bien décider aussi, si ces contrôles perdurent et se généralisent, d’être présents, d’appeler ceux qui veulent à être présents aux rond-points pour montrer qu’il n’est pas normal de tracasser des ouvriers à 6h du matin ! De telles choses peuvent se discuter, s’organiser. Et en faisant cette proposition, on commence déjà à sortir de la prison où la politique du gouvernement veut nous mettre et où on se met soi-même.
  • C’est vrai aussi que l’Etat fait sans les gens, et contre les gens et qu’il n’écoute rien ! Cela, aujourd’hui tout le monde le sait, c’est devenu une évidence. Mais nous qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on essaie de mettre en place, entre tous ceux qui ont des choses à se dire, à partager, pour gagner le respect et le droit des gens, et imposer la paix ? Indépendamment du mépris et de l’indifférence de l’Etat à notre encontre, on peut très bien se rencontrer, se réunir pour ouvrir à des choses possibles pour transformer la situation.

Nous avons décidé de soumettre ces quelques points au débat public. Ce n’est qu’en pratiquant ainsi : en disant ce qu’on pense et ce qu’on veut, qu’on peut avancer aujourd’hui. C’est un appel à se mettre au travail sur des questions aussi importantes. Il ne suffit pas de dire : « l’état d’urgence c’est dangereux » et « l’Etat ne nous écoute pas ». IL FAUT AUSSI DIRE CE QU’ON A À DIRE, FAIRE CE QU’ON PEUT FAIRE.

« Ceux qui veulent le pays pour tous »

PDF - 82.2 ko
ouvriers-police
 
Articles les plus récents
dimanche 24 janvier 2016
« Musulman », c’est une religion, ce n’est pas une politique. Il faut arrêter de l’employer pour catégoriser les gens.
Le mot « musulman » ne convient pas pour parler des assassins du 13 novembre, ni pour ceux de Janvier à Paris, ni pour désigner les militants de DAECH. Que ces gens-là agissent sous le prétexte de la religion ne doit pas masquer leur réalité : ce sont des assassins de masse, porteurs de politiques criminelles, point. Rien ne justifie de faire porter leurs actes à d’autres gens qu’eux-mêmes.
Le mot « musulman » ne convient pas pour désigner les commanditaires de ces meurtres : le projet des dirigeants de DAECH est ouvertement un projet politique : occuper un territoire, y créer un état, rallier des (...)

lire la suite de l'article
dimanche 10 janvier 2016
Qu’est-ce qui se met en place, du point de l’Etat, que nous ne comprenons pas encore ?
Rencontre Jeudi 21 Janvier
Partis éclatés, guerres, tensions civiles : Qu’est-ce qui est en jeu ? Nous proposons quelques points de départ pour en débattre :
Le champ parlementaire, tel que nous le connaissons depuis le milieu du XX° siècle, est en ruine ;
Cette crise, ou plutôt cet éclatement/restructuration des partis, est le produit de la décision, interne à l’Etat, de poursuivre sa transformation en profondeur.
Dans cette mutation il n’y a plus aucun rapport positif de l’Etat vis à vis des gens, de la population. Il n’y a plus que la guerre, le sécuritaire, l’immigration, la suspicion des musulmans, des jeunes : tout cela a (...)

lire la suite de l'article
dimanche 15 novembre 2015
A propos des meurtres de masse perpétrés à Paris la nuit du 13 au 14 Novembre.
Oui, la France est en guerre car l’Etat, par le biais de ses gouvernements successifs, l’a décidé.
Non, les derniers meurtres de masse à Paris ne sont pas une attaque « des valeurs de la France ». Ou alors la destruction de l’avion Russe est une attaque des valeurs de Poutine ? L’explosion de Beyrouth est une attaque des valeurs du Hezbollah ? Non, là, tout le monde est d’accord pour dire qu’il s’agit de représailles contre les attaques des armée Russes et du Hezbollah contre Daech
Non, il ne s’agit pas d’une guerre entre les « bonnes valeurs et les mauvaises valeurs », réactualisation médiocre du (...)

lire la suite de l'article
dimanche 8 novembre 2015
Rencontre le jeudi 26 novembre à 18h30 :
Qu’est-ce que la guerre aujourd’hui ? Et de la nécessité de penser une politique de paix.
1°) Nous avançons le point suivant : la guerre est entrée dans la pratique quotidienne de nombreux Etats, car elle est devenue, pour ces états, pour les gouvernements de ces états, la politique elle-même. La pensée qu’ils ont de ce que doit être la politique aujourd’hui se concentre dans la guerre. C’est là une situation nouvelle, certainement ouverte au niveau mondial par l’administration Bush. Cela a pour conséquence immédiate, et vérifiable, de faire vivre des populations entières en état de tensions et de guerre permanente (états et pays détruits, bombardements, drones, bases militaires consolidées (...)

lire la suite de l'article
vendredi 6 novembre 2015
Parents, enseignants, habitants, ON PEUT, ON DOIT S’OCCUPER DE CE QUI ARRIVE AUX ENFANTS, A L’ECOLE, DANS LE QUARTIER.
Nous faisons connaître ce texte, écrit par une Assemblée de parents/enseignants/ habitants. Il interroge sur la réforme du collège prévue pour 2016.
Nous disons que l’école de nos enfants, l’école du quartier, c’est NOTRE école à nous, parents, enfants, habitants, enseignants, personnels des écoles et du collège. C’est un lieu essentiel pour le présent et l’avenir des enfants, pour notre vie à tous. Ce qui s’y passe, c’est notre affaire, on ne peut pas, on ne doit pas s’en désintéresser.
En même temps, ça paraît difficile de s’en mêler, pour 2 raisons principales :
La première difficulté, c’est la coupure (...)

lire la suite de l'article